Joomla Templates and Joomla Extensions by JoomlaVision.Com
  • آخر الأخبار
بحوث - مقالات - دراسات: الأمازيغية والاستعمار الفرنسي (ج 3) - الثلاثاء, 23 نيسان/أبريل 2019 19:14
مختارات - كتابات - مواضيع: اتجاهات نقدية معاصرة - الإثنين, 22 نيسان/أبريل 2019 09:40
مواعيد فنية - ثقافية: ندى الحاج ببيت الشعر في المغرب - الجمعة, 19 نيسان/أبريل 2019 11:09
متابعات - تغطيات صحفية: فيلمان مغربيان يتنافسان بمهرجان كان - الخميس, 18 نيسان/أبريل 2019 19:06
بحوث - مقالات - دراسات: الأمازيغية والاستعمار الفرنسي (ج 2) - الخميس, 18 نيسان/أبريل 2019 11:25
بحوث - مقالات - دراسات: الأمازيغية والاستعمار الفرنسي (ج 1) - الثلاثاء, 16 نيسان/أبريل 2019 19:57
مهرجانات - ملتقيات - مناسبات: نتائج مهرجان إسني ن ورغ - الأربعاء, 10 نيسان/أبريل 2019 19:55
بحوث - مقالات - دراسات: من هو العربي ومن هو الأمازيغي بالمغرب؟ - الإثنين, 15 نيسان/أبريل 2019 11:10
أخبار - منوعات - إصدارات : تدوين الثقافة الأمازيغية الشفهية - الخميس, 11 نيسان/أبريل 2019 19:14
متابعات - تغطيات صحفية: Ouverture du Talguit’art - الخميس, 11 نيسان/أبريل 2019 19:00
Blue Grey Red
مهرجانات - ملتقيات - مناسبات

نتائج مهرجان إسني ن ورغ

الأربعاء, 10 نيسان/أبريل 2019 19:55

نتائج مهرجان إسني ن ورغ

أسدل الستار أمس الثلاثاء 9 أبريل 2019، بمدينة أكادير على الدورة الثانية عشرة للمهرجان الدولي "إسني ن وورغ" للسينما الأمازيغية الذي امتدت فعالياته من 5 إلى 9 من شهر أبريل الجاري، والتي شارك فيها 26 فيلما من فرنسا وهولندا و بلجيكا، و من جزر الكناري، و كندا و الجزائر بالإضافة إلى المغرب.

وقد اختتم المهرجان ليلة أمس الثلاثاء بحفل فني تم خلاله الإعلان عن الأفلام الفائزة بجوائز هذا المهرجان لهذه السنة من بين 26 فيلم مشارك موزعة بين الأفلام القصيرة و الطويلة و الوثائقية، وكانت النتائج كالتالي:

  • جائزة الفيلم القصير: "تاربات ن واضو" أي فتاة الريح للمخرجة لطيفة أحرار.

  • جائزة الفيلم الطويل: فاز بها فيلم " تين أبريل" des figues en avril للمخرج نادر دندون.

  • الجائزة الكبرى للمهرجان عادت لفيلم islam de mon enfance للمخرجة نادية زواوي.

كما تم تسليم الجوائز لأحسن تشخيص نسائي، وكانت من نصيب الممثلة تاسعديت ماندي من الجزائر، و أحسن تشخيص رجالي كان للممثل عبد الواحد زاوكي. وأحسن سيناريو مناصفة لسيناريو الفيلمين islam de mon enfance و monstre.

وبالمناسبة، تم تكريم بعض رموز السينما الأمازيغية منها الفنانة الكبيرة فاطمة بيكركار والمخرج و المسرحي فارس سرور قيدوم الخشبة المسرحية بأكادير، المخرج الجزائري الراحل يوسف كوسيم و تسلم ابناه الجائزة...

وأشارت الورقة بأن هذه الدورة تميزت الدورة بحضور وفد جزائري وازن يضم أكثر من 20 مشارك، إلى جانب حضور وجوه سينمائية مغربية في ميدان التمثيل و الإخراج.


 

Festival du film africain

الأربعاء, 03 نيسان/أبريل 2019 18:54

la 8e édition du Festival du film africain


La huitième édition du Festival du film africain, un événement visant à valoriser le patrimoine culturel africain, a démarré lundi à Athènes sous la présidence du Maroc, avec au programme la projection de plusieurs films mettant en avant le potentiel et la richesse du continent dans divers domaines. Intervenant lors d’une cérémonie organisée à cette occasion, l’ambassadeur du Maroc à Athènes, Samir Addahre, a indiqué que le festival organisé à l’initiative du Groupe des ambassadeurs africains accrédités en Grèce permet de montrer la richesse de la culture africaine sous ses multiples facettes et de sortir des clichés négatifs véhiculés à tort sur le continent. «Le festival, qui prend de plus en plus d’importance et qui s’inscrit dans l’agenda culturel d’Athènes, nous permet de mettre en exergue la richesse du patrimoine historique de l’Afrique», a affirmé le diplomate marocain, ajoutant que le Groupe des ambassadeurs africains a décidé de confier cette année la présidence du Festival à l’ambassade du Royaume à Athènes.

La cérémonie d’ouverture a été marquée par la projection du film «Une année chez les Français» du réalisateur marocain Fattah Arrom. Le film est une adaptation du roman de Fouad Laroui qui a été sélectionné en 2010 pour concourir pour le Prix Goncourt à Paris, a indiqué M. Arrom dans une déclaration à la MAP, ajoutant que le film retrace le parcours personnel de M. Laroui à Casablanca en 1969 au Lycée Lyautey. «En tant que réalisateur, je ne pourrai jamais remercier assez Fouad Laroui pour sa confiance pour adapter ce roman», a-t-il dit. La cérémonie d’ouverture du festival, qui se poursuivra jusqu’au 7 du mois courant, a été marquée notamment par la présence des ambassadeurs de plusieurs pays africains, ainsi que des responsables représentant différents ministères grecs et d’autres personnalités du monde de la culture et des arts. En guise de contribution à la réussite de cette édition, la compagnie Royal Air Maroc (RAM) a organisé à cette occasion une tombola offrant un billet aller-retour à partir d’Athènes pour une destination sur son réseau Afrique.


 

Festival Théâtre et Cultures

تاريخ آخر تحديث: الأربعاء, 20 آذار/مارس 2019 18:12 الأربعاء, 20 آذار/مارس 2019 17:59

Festival international Théâtre et Cultures

Le spectacle «Vive la vie» de la compagnie Interface inaugurera le festival le 22 mars au Studio des Arts Vivants.


Nadia Ouiddar

Du 22 mars au 1er avril, dix troupes étrangères et marocaines se produiront au Studio des arts vivants, au théâtre de la F.O.L., à l’Institut français de Casablanca, au Cinéma Rialto et au lycée Léon l’Africain.

C’est la fête du théâtre à Casablanca. Du 22 mars au 1er avril, de nombreuses troupes étrangères et marocaines se produiront dans le cadre de la 14e édition du Festival international Théâtre et Cultures. Organisé par la Fondation des arts vivants, cet événement permettra au public de découvrir et de se délecter de prestations artistiques qui interpellent les jeunes et les moins jeunes. Drames, comédies, danses et chants… le spectateur aura l’embarras du choix.

Le festival sera inauguré le 22 mars par la pièce «Vive la vie» de la troupe Interface. Cette compagnie de théâtre et de danse suisse présentera au Studio des arts vivants un spectacle qui mélange chant, danse, théâtre, cirque et musique. De l’attachement farouche à la terre à la course effrénée vers le progrès, «Vive la vie» retrace les conflits entre générations, oscillant entre scepticisme, méfiance et nostalgie, d’une part, et l’aspiration vers ce qu’on pense être meilleur, de l’autre. Cette pièce a l’intensité d’un opéra, la force d’un ballet, et l’émotion d’un film dramatique.

Le 23 mars, l’Institut français de Casablanca accueillera à 20 h «J’entrerai dans ton silence». Ce spectacle de la compagnie Serge Barbuscia présente la rage de vivre et d’amour d’une mère pour son enfant que l’on dit différent. Toujours à l’Institut français, la troupe Zarts Prod présentera le 24 mars «Sur la route». La pièce jouée par Anne Voutey et Karima Gherdaoui s’inspire de l’histoire de Sandra Bland, morte l’été 2015 aux États-Unis pour un oubli de clignotant. Elle retrace la dernière journée d’une jeune afro-américaine, son quotidien, ses rêves, interrogeant avec des touches d’humour, de poésie et d’espoir, racisme et sexisme aujourd’hui.

Le 25 mars le théâtre de la Fédération des œuvres laïques (F.O.L.) accueillera «Panotherapie» de la troupe de l’atelier FAV. Ce spectacle raconte l’histoire d’une entreprise en panne et une société en mal. Le 27 mars, ce sera au tour de la compagnie Caravague de présenter à la F.O.L. «Un rapport sur la banalité de l’amour». Du Maroc, la troupe «19 h théâtre» jouera au cinéma Rialto sa fameuse pièce «Khedmouni». Cette œuvre théâtrale originale est spécialement conçue pour traiter du thème de l’emploi et de l’insertion des jeunes dans la vie active.

Le lendemain, au même espace, on aura l’occasion d’évoquer les chefs d’œuvres de Feu Tayeb Saddiki via la pièce «Sidi Abderrahmane El Mejdoub». Cette œuvre originale nous conte l’histoire d’un jeune homme voyageant à travers les âges en quête du savoir ancestral de l’art de la Halqa. Mise en scène par Mohamed Miftah, la pièce est interprétée par Amal Temmar, Mustapha Khalil, Fatima Iblij, Sanae Gueddar et bien d’autres comédiens de Masrah Ennas. Le 1er avril, «Les divalala» nous entraînent avec femme, femme, femme, le temps d’une nuit de fièvre et d’excès, dans le sillage de femmes qui après une rupture amoureuse, sondent leurs failles et leurs forces. Elles s’interrogent en chansons sur la vie et le temps qui passe. De Souchon à Stromae, de Milène Farmer à Dalida, de Ferré à Beyoncé…, elles osent toutes les audaces musicales et chantent la femme dans tous ses ébats. «Les divalala : femme, femme, femme» est une création de la compagnie Angamaprod. Durant le Festival international Théâtre et Cultures, le public a rendez-vous avec des spectacles qui font rêver, s’attendrir, réfléchir et rire.

Spectacles jeune public

Deux pièces de théâtre seront présentées au jeune public à partir de 7 ans. Le 30 mars, la compagnie «les mélodrames et petit-mélo» présentera au lycée Léon L’Africain, à 11 et 15 h, la pièce «À tes souhaits». On y découvre Nora qui ne veut pas grandir et refuse de correspondre à un modèle préétabli dans le monde des adultes. Par ailleurs, «Tout Molière ou presque» de la compagnie Les Nomadesques sera présentée le 31 mars à l’Institut français de Casablanca. Ce spectacle pour les jeunes à partir de 7 ans est programmé à 15 et 18 h.


 
 

25e Festival du cinéma méditerranéen

تاريخ آخر تحديث: الثلاثاء, 19 آذار/مارس 2019 19:46 الثلاثاء, 19 آذار/مارس 2019 19:43

25e Festival du cinéma méditerranéen

Kaddour Fattoumi

La 25e édition du Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan, qui se déroulera du 23 au 30 mars 2019, rendra hommage au réalisateur et producteur espagnol Luis Minarro, à l’actrice égyptienne Nelly Karim et à l’acteur marocain Mohamed Choubi en reconnaissance de leurs apports au cinéma méditerranéen.

Ce 25e festival a programmé 60 films, dont 23 longs métrages et documentaires qui seront en lice pour le «Prix Tamouda». D’autres films seront présentés dans le cadre d’un hommage rendu au cinéma palestinien, en plus de films marocains déjà primés par les dernières éditions du Festival international de la ville de la Colombe blanche qui fête cette année son âge d’argent. Les diffusions des films auront pour cadres le Théâtre du cinéma Espagnol, la salle de cinéma Avenida et la salle de l’Institut français de Tétouan. Des films sont aussi programmés pour les enfants des écoles et les cinéphiles d’autres institutions. Selon le comité d’organisation, 12 films seront projetés dans le cadre de la compétition officielle du long métrage : deux films grecs, «Pause (Pafsi)» de Tonia Mishiali (Chypre) et «Le serveur» de Steve Krikris, deux films de Palestine «Tournevis» de Bassam Jarbawi et «Les rapports sur Sara et Salim» de Muayad Alayan, et deux films marocains «Les 3 M histoire inachevée» de Saâd Chraïbi et «Ultime révolte» de Jilali Ferhati, en plus du film syrien «Le jour où j’ai perdu mon ombre» de Soudade Kaada (Syrie-Liban) et le film égyptien «L’invité» de Hadi Bajouri» (Égypte), et le film espagnol «Sans fin» de César Esteban Alenda et José Esteban Alenda.

Hommage à Luis Minarro, Nelly Karim et Mohamed Choubi


Les autres films dans la même catégorie sont «Sibel» de Guillaume Giovanetti, «Çağla Zencirci» (France, Turquie, Luxembourg, Allemagne), «Nos batailles» de Guillaume Senez (France-Belgique), «Le vice de l’espoir» d’Edoardo De Angelis (Italie). Au niveau de la catégorie documentaire, 11 films seront programmés : «Dérive de la trajectoire» de Castiñeiras Gallego Iván (Espagne), «Le char et l’olivier, une autre histoire de la Palestine» de Roland Nurier (France), «Le silence des autres» d’Almudena Carracedo et Robert Bahar (Espagne), «L’islam de mon enfance» de Nadia Zouaoui (Algérie), «Grand sacrifice» d’Eyad Aljarod (Syrie), «Tu viens de loin» d’Amal Ramsis (Égypte-Liban), «Vostok N°20» de Silveiro Elisabeth (France), «Nous ne vendrons pas notre avenir» de Velissaropoulou Niki (Grèce), «Le moine volant» de Boric Davor (Croatie), «Loin nous partons» d’Hammami Alaeddin et Muhammad Jbehi (Tunisie) et «En comptant les carreaux» de Choucair Cynthia (Liban). En plus des films palestiniens, quatre films seront projetés dans la rubrique «Coup de cœur». Il s’agit de «La bataille d’Alger», un film historique de Malek Bensmaïl (Algérie), «Voyage autour de la chambre d’une mère» de Celia Rico Celia Rico Clavellino (Espagne), «Roses empoisonnées» d’Ahmed Fawzi Saleh (Égypte) et «Regarde-moi» de Najib Belkadhi (Tunisie). La rubrique Rétrospective affichera sept films marocains déjà primés dans le festival, en l’occurrence «La Mosquée» de Daoud Oulad Seyed, «Les Cœurs brûlés» d’Ahmed El Maânouni, «Une maison dans la prairie» de Tala Hadid, «Mémoire en détention» de Jilal Ferhati, «Mort à vendre» de Faouzi Bensaïdi, «Le Temps des camarades» de Mohamed Chrif Tribak, et «Les oubliés de l’histoire» de Hassan Benjelloun.


 

20th National Film Festival

تاريخ آخر تحديث: الأربعاء, 20 آذار/مارس 2019 12:24 الأربعاء, 13 آذار/مارس 2019 19:26

20th National Tanger Film Festival


By Juliette Owen-Jones /  journalist and editor at Morocco World News.

Rabat – The National Tanger Film Festival concluded March 9 with the announcement of winners at a ceremony on Saturday evening.

One of the biggest winners in the festival, which began March 1, was Mohamed Zineddine, a Moroccan expat in Italy, who took home four prizes for his moving film “La Guerisseuse” (The Healer).

The film follows the story of a teenage boy (played by Ahmed Moustafa) living on the outskirts of small Moroccan mining town who wants to learn how to read and write to gain social mobility. However, his adoptive mother, the village healer (played by Fatima Atif), forbids him from getting an education.

One day, the boy convinces a 30-year-old cynical pickpocket (played by Medhi Laaroubi) to seek treatment from his adoptive mother for his horrible eczema. From that day onwards the three characters become intertwined.


The film won the Jury’s Prize, as well as Best Production, Best Actress for Fatima Atif, and Best Actor for Medhi Laaroubi. In his speech, Zinedine expressed his surprise, saying, “I never expected to win one prize for the film, let alone four. Can you imagine?”

Zineddine himself came from humble beginnings, not unlike the protagonist of his film. He was born in the small village of Oued-Zem in Morocco in 1957. Even though he was a mediocre student, he was transfixed by books from a young age and spent all of his time reading. In 1983, he left his small village behind to study computer science at the University of Nice.

However, he quickly realized this was not his passion and switched paths a year later to begin training as a director in Bologna, Italy. He has been pursuing creative arts, such as photography, journalism, and film, ever since. His feature films include “La Vecchia Ballerina” (2002), “Reveil” (2004), “Do You Remember Adil?” (2008), “Anger” (2012) and of course, “The Healer” (2018).

Zineddine heavily praised Fatima Atif for her role as healer, saying, “It is time the spotlight falls upon this great actress.” Fatima Atif graduated from the Superior Institute of Dramatic Art in Rabat and has since made many appearances in theater, television, and film.

Medhi Laaroubi, who won Best Actor for his role of the pickpocket, already worked with Zineddine once before in “Do You Remember Adil?”. Zineddine again reiterated his respect for the two stars of his film, saying, “I’m so proud of them both because they brought their own intensity, energy, and truth to the film. Ultimately, ‘La Guerisseuse’ is the work of great actors.”

Saturday’s ceremony marked the end of the 20th National Tangier Film Festival, where 30 films competed in front of a respected jury. Farida Benlyazid, a respected Moroccan director and screenwriter, headed the jury. Also on board was Layane Chawaf, who is in charge of cinema at the Institute of the Arab World in Paris, the French comedian Lily Bloom, and several others.


 
 

الصفحة 1 من 25

للإتصال بنا Nous contacter

Espace Tafoukt - Création

Adresse:
B.P 16113 Casablanca Principale - Royaume du Maroc
E-mail: bouichou@gmail.com 
theatretafukt@gmail.com

GSM: (+212) 669 279 582
GSM: (+212) 654 439 945
GSM: (+212)
667 313 882

Siège Social: Complexe éducatif Hassan II pour la jeunes Casablanca - Maroc

تابعنا على الفايسبوك facebook

المهرجان الدولي للمسرح الأمازيغي

المهرجان الدولي للفيلم الأمازيغي

جميع حقوق المجلة محفوظة لـمؤسسة تافوكت للإنتاج وفضاء تافوكت للإبداع © 2018
Joomla! برنامج "حر مفتوح المصدر" تم طرحه بموجب ترخيص GNU/GPL.